Bonjour

Vous trouverez ci-joint le bulletin de souscription pour commander « Maurice Pic, vie privée, vie publique », qui paraîtra fin janvier à l’occasion des 30 ans de son décès.

Il s’agit d’un ouvrage de 360 pages, beaucoup plus complet que les Chroniques Montiliennes et très illustré.

On y retrouvera bien sûr, de façon chronologique, le parcours politique de Maurice Pic (ministre, député, sénateur, conseiller général, maire de Châteauneuf du Rhône puis de Montélimar) et les batailles, parfois féroces, qu’il a conduites contre les autres candidats, de tout bord politique.

On découvrira auparavant ses ancêtres drômois, ceux qui vivaient en 1600 dans le Haut-Diois (Beaurières et Valdrôme) pendant les guerres de religion. On les suivra à Alais (Gard), Orange (Vaucluse), et Nyons (Drôme). Puis à nouveau à Orange.

On partagera l’histoire de ce grand-père décédé trop vite, laissant une épouse seule avec trois enfants :

o   Emile, abandonné à une tante qui le poussera à devenir instituteur,

o   Roger, qui fera les 400 coups en Indochine avant de s’installer à Marseille,

o   Maurice qui se suicidera à 20 ans d’un chagrin d’amour…

On accompagnera le premier, Emile, le coureur de jupons, de poste en poste. Il aura deux enfants d’une première épouse (décédée), et deux autres de la seconde, dont Maurice, mais aussi une enfant illégitime qu’il ne reconnaîtra pas.

On suivra ensuite Maurice, né en 1913, de l’enfance à la vie adulte, avec les études à l’Ecole Normale, l’armée, la guerre, la Résistance et un métier, celui de professeur… Avec une épouse, un divorce, une nouvelle épouse et parfois le désespoir, celui de voir disparaître son demi-frère Francis et sa demi-sœur Marguerite dans des conditions dramatiques, ainsi que sa fille Renée-Claude, à l’âge de 5 ans, à la suite d’une chute.

L’homme est dur au combat, il possède une redoutable autorité et une intelligence très vive. Mais il a aussi ses failles.

C’est un jeune montilien de 34 ans qui le battra aux élections cantonales de 1985 puis aux municipales de 1989 : Thierry Cornillet. Il laissera à son successeur une ville transformée ! Et au conseil général un département en ordre de marche, où la décentralisation vient d’entrer en vigueur.

Maurice Pic ne gagnera pas non plus son dernier combat, celui qu’il livrera au cancer qui le ronge. Sa vie d’après sera très brève, à peine deux ans, un peu comme un certain François Mitterrand, un peu comme s’il fallait tenir à tout prix !

Se tenir debout, c’est ce qu’il fera lorsque Michel Rocard viendra lui remettre les insignes d’officier de la légion d’honneur le 26 septembre 1990, alors qu’il est à bout de forces. Son discours, celui du petit instituteur devenu grand, est une déclaration d’amour, à la Drôme et aux Drômois.

Maurice disparaîtra le 31 janvier 1991.  Les immenses hommages reçus par sa famille, puis les années qui ont suivi, notamment l’élection de ses filles, complèteront cette biographie à taille humaine.

Marylène Marcel-Ponthier

PS : je publie mes livres à compte d’auteur, je n’ai pas d’éditeur.  Vous m’aiderez en diffusant ce message aux personnes susceptibles d’être intéressées et à vos adhérents dans les associations.

Outre l’aide au financement, le retour des bulletins me permettra de connaître le nombre de tirages à commander.

le bulletin ici : Bulletin souscription livre Pic