VENDREDI 6 DÉCEMBRE

à 18h30 devant la mairie de saoû

en musique, soirée apéro partagé mais vin chaud offert…

habitants du roubion, du val de drome et d’ailleurs,

venez nombreux

SAUVONS LES ENFANTS, SAUVONS LES PAYSANS, SAUVONS LA BIODIVERSITÉ, ARRÊTONS LES PESTICIDES

LES ARRÊTÉS DE GENNEVILLIERS ET DE SCEAUX ONT ÉTÉ VALIDÉS : OBTENONS LE MÊME VERDICT

 

 Des tests pesticides sont en cours d’analyse, résultats en attente…

S’il pleut, venez tout de même, solution de repli prévue

MONTRONS NOTRE DÉTERMINATION A SOUTENIR CET ARRÊTÉ PUISQUE LE MINISTÈRE EST DÉFAILLANT

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

 

Plus personne ne nie que les pesticides soient des poisons pour le vivant. Plus ou moins violemment, plus ou moins rapidement, ils agissent sur la biodiversité et sur notre santé.

Une chose est certaine, il faut les éradiquer et pour se faire aider les paysans.Les aides au monde agricole de la nation et de la PAC doivent aller à la conversion au Bio, à l’agroécologie ou à la permaculture.

Nos rassemblements et les arrêtés des maires courageux n’ont pas pour but de mettre le “haro” sur les agriculteurs qui nous nourrissent et que nous respectons mais d’interpeller notre gouvernement pour qu’il s’engage réellement sur un chemin sans pesticides toxiques et pas dans 2 ans.

Etde suite, en attendant, il doit mettre en place des vraies mesures de protection pour les habitants.

Sans publicité, sur 4 semaines, plus de 50 000 commentaires ont été recueillis par la consultation publique organiséepar le gouvernement sur les distances minimales entre les habitations et les zones d’épandage. C’est un nombre qui traduit des préoccupations.

A l’Assemblée nationale, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne s’était engagée à ce que les contributions soient analysées d’ici la fin du mois d’octobre et d’en tenir compte pour les textes définitifs.

La synthèse des commentaires devrait être publiée d’ici la fin du mois d’octobre. Cette consultation avait été lancée début septembre sur un projet d’arrêté que beaucoup jugeait minimaliste. Il prévoyait une distance minimale de cinq ou dix mètres, en fonction des cultures, entre les habitations et les zones d’épandage de produits phytosanitaires. Après cette consultation, un arrêté doit être ensuite pris avant la fin de l’année, le texte devant entrer en vigueur au 1er janvier 2020. (Exigence du conseil d’état qui jugeait le 26 juin  la protection des riverains insuffisante).

AUCUNE NOUVELLE DE CE PROCESSUS!!!  EXIGEONS QU’IL Y AIT UN RETOUR ET QU’IL SOIT PRIS EN COMPTE

D’autre part, l’arrêté anti pesticides pris par le maire de Saoû en septembre a été suspendu rapidement en référé par le tribunal de Grenoble sur la demande du préfet de la Drome. Cet arrêté doit être jugé définitivement prochainement. Plus de 100 maires ont un tel arrêté afin d’interpeller le gouvernement sur le danger et pour protéger leurs citoyens.

Comité local “Nous voulons des coquelicots”

site web:https://nousvoulonsdescoquelicots.org/